Peindre les indiens …

Chargement de la carte…

Date / Heure
06/06/2020 - 21/06/2020
0 h 00 min

Emplacement
Montereau-Fault-Yonne


Karl Bodmer (1809-1893) et Rosa Bonheur (1822 -1899) ont deux points communs méconnus: ce sont deux des plus grands peintres de la forêt de Fontainebleau de la fin du 19e siècle dont ils ont peint ou gravé magnifiquement les sous-bois et les animaux, de plus, ils ont aussi réalisé d’extraordinaires illustrations des Indiens d’Amérique du Nord.

Karl Bodmer se joint à l’expédition du prince Maximilian zu Wied-Neuwied en 1832-1834 dans la région du haut Missouri. Il est ainsi le premier peintre, et l’un des très rares, à saisir sur le vif les coutumes et les portraits des Indiens des Plaines (Sioux, Pied Noirs,
Corbeaux, Mandans…) à leur apogée, juste avant leur destruction par les maladies et les guerres. De retour en Europe, ses aquatintes sont publiées dans un Atlas qui compte parmi les plus beaux livres jamais réalisés.

Perfection technique, fidélité des représentations ethnographiques, Bodmer exercera une influence considérable sur notre connaissance des Indiens. De 1849 jusqu’à sa mort, Bodmer devient un éminent représentant de l’école de Barbizon, même si cette partie de sa vie est aujourd’hui méconnue du grand public.
Rosa Bonheur, poussée par son goût de la nature et son caractère peu conventionnel, s’intéresse tôt aux Indiens, symboles de liberté et d’altérité. Elle les connait d’abord par l’oeuvre de George Catlin, peintre américain qui juste après Bodmer immortalise les Indiens des Plaines et expose en 1845 sa collection et ses lithographies à Paris.
En 1889, la venue triomphale en France du Wild West Show, le cirque du mythique Buffalo Bill -un authentique héros du Far West-, permet à Rosa Bonheur de rencontrer des Indiens dans une fascination réciproque. Rosa reçoit Buffalo Bill et les Indiens à Fontainebleau, réalise leurs portraits et des croquis sur le vif témoignant de son profond respect, signant un des aspects les plus originaux de son oeuvre.
Tant Bodmer que Bonheur font preuve d’une grande innovation dans leurs représentations.
Auparavant, les Amérindiens sont traditionnellement considérés soit comme des doux enfants de la Nature ayant échappé à la corruption de la vie sociale, soit au contraire comme des Peaux Rouges uniquement mus par leurs pulsions sanguinaires: deux conceptions qui nient leur humanité et la complexité de leur culture. Bodmer est le premier à laisser un témoignage pictural parfaitement authentique et sans jugement de valeur sur les Indiens des Plaines. Le regard de Rosa Bonheur est aussi disruptif que celui qu’elle porte sur le monde animal, qui sous ses pinceaux frémit de vie et d’émotion: les Indiens qu’elle rencontre la fascinent par leur noblesse et leur humanité.
Les oeuvres de Bodmer et de Bonheur ne sont ainsi pas seulement d’une grande qualité artistique, mais des témoignages fidèles d’un monde disparu. En avance sur leur temps elles font écho à des enjeux actuels: préservation de la Nature, reconnaissance de la personnalité et de la sensibilité des animaux, survie et richesse des cultures humaines.

Buts de l’exposition
– mettre en parallèle les parcours et les oeuvres des deux peintres, tant sur les sujets propres à Fontainebleau que sur les Indiens

– éclairer le contexte par la présentation d’objets authentiques des Indiens d’Amérique, des oeuvres de George Catlin, des souvenirs du cirque de Buffalo Bill en particulier ses somptueuses affiches.

– toucher et faire venir un public nouveau et plus large car attiré par un double sujet (Fontainebleau + les Indiens), traité sous des angles variés (peinture française+ objets ethnographiques +souvenirs historiques).
Moyens

– prêts issus de collections privées:
– oeuvres de Bodmer, Bonheur, Catlin:illustrations, gravures, sculptures….
– objets Amérindiens: Vêtements, armes,coiffes…
– souvenirs de Buffalo Bill: photos d’époque,programmes, affiches lithographiées, automates…
– réalisation d’un catalogue
– Animations:
– conférences
– animation musicale (pièces pour piano créées lors de la venue en France des Indiens de Catlin et de Buffalo Bill; oeuvres américaines de l’époque)
– visites guidées de l’exposition
– projection de films en rapport (westerns?, documentaire Arte avec images d’époque deBuffalo Bill?)
– oeuvres anciennes complétées par quelques créations d’artistes contemporains sur les mêmes thèmes illustrant la poursuite de ces mouvements.